Les collections permanentes du Musée du Terroir Marseillais

 

Découvrez dans chaque pièce du musée, les traditions populaires:

La cuisine - pièce à vivre

Lors de son inauguration, le Musée du Terroir Marseillais ne comportait que cette salle.  Elle a été conçue comme un foyer de culture populaire où les mainteneurs pouvaient se réunir comme autrefois à la veillée, échangeant leurs souvenirs et ravivant les usages anciens dans la langue de leurs pères.  C'est la pièce la plus connue du Musée, avec sa table des treize desserts de Noël, aujourd'hui animée à partir d'une borne interactive.

La cuisine est flanquée de deux petites annexes: l'estramàgi, réserve à provisions et la gatouille, destinée à faire la vaisselle sur la  pile en  pierre de Cassis.

La salle des enfants

 

Cette salle présente une collections de jeux d'enfants allant des traditonnelles tarraillettes au théatre de Guignol en passant par les cuisines de poupées qui sont un témoignages des intérieurs marseillais dans la première moitié du XXe siècle.

La salle renaissance

 

Voulue dès sa construction en 1929 comme lieu d'exposition, cette salle se signale par ses vastes dimensions et son architecture volontairement archaïsante.  Le lustre en fer forgé du poids de 500kg fut offert à Napoléon III par desferronniers marseillais.  Quant à la cheminée monumentale elle intègre des éléments de décor du XVIe siècle en marbre.  La salle, outre une vitrine d'objets de marine, maquettes de bateaux, figure de proue, tableaux, est surtout utilisée pour des expositions temporaires.  On peut maintenant y admirer un certain nombre de "tapisseries de Marseille", grandes toiles peintes qui ornèrent les intérieurs des bastides provençales à partir de la fin du XVIIe siècle.  En particulier les six toiles de la donation Jules Perrin, dans le style de Joseph Vernet, sont attribuées à des peintres marseillais actifs entre 1760 et 1780.

Le cabanon, le lavoir et la Saint Eloi

 

Faisant suite à la salle des santons, la dernière salle inaugurée évoque plusieurs thèmes de la vie de nos anciens. Par de larges arcades vous pouvez d’abord découvrir le cabanon si cher aux marseillais, avec ses loisirs conviviaux, repas entre amis où chacun chante la sienne, parties de boules, chasse au poste . Plus loin le lavoir était à la fois un lieu de travail – souvent pénible- pour les femmes, mais aussi un lieu de sociabilité hors de la maison et du contrôle des maris. Enfin le cheval tenu en bride par le roulier en blouse bleue évoque la fête de Sant-Eloi, toujours si vivante dans notre quartier.

La présentation de la salle est faite par Baptistin, le petit robot né de la collaboration du Musée avec Polytech Marseille, Ecole d’Ingénieurs d’Aix-Marseille Université basée sur le Pôle Technologique. Une tablette tactile permet d’accéder à des informations complémentaires sur ce monde pittoresque et chaleureux.

 

La salle de musique

 

On y découvre une riche collection d'instruments traditionnels: galoubets, tambourins et autres percussions, bachas (grands tambours de procession), ainsi qu'une vitrine consacrée à Marius Fabre, un des plus importants facteur d'instruments provençaux de la deuxième moitié du XXe siècle.

La chambre bourgeoise

 

Cette luxueuse chambre est ornée de beaux meubles et de tableaux anciens. Elle permet d'évoquer la vie quotidienne des classes aisées de l'ancienne Provence à l'aide d'une borne interactive commandant une animation.

Salle des santons

 

Le Musée du Terroir Marseillais possède une très importante collection de santons (plus de 1000 pièces) qui s’étale sur une période de plusieurs siècles, depuis les grands santons d’église jusqu’aux œuvres des santonniers contemporains en passant par les figurines plus ou moins naïves des crèches familiales. On remarque en particulier toute une série de santons en plâtre de Pellegrini, une rare collection de santons habillés de l’Abbé Sumien, de nombreuses figurines de terre crue ou cuites sorties des  ateliers Simon, Gaubert-Caillol, Junoy, Carbonnel, Neveu, etc. Des santons habillés de Jouglas, Cabasse, Puccinelli, Pesante, Ascia, Orsini et bien d’autres, présentés seuls ou mis en situation, des santons de terre cuite de Guis, Amphoux, Guiomar, etc. montrent la vitalité de cet art de nos jours. Des moules, dont ceux de Lagnel, inventeur de la technique de fabrication en série du santon en terre crue, viennent compléter cette collection, en permettant une approche didactique. Enfin un grand nombre de crèches illustrent la vitalité de la tradition calendale et constituent souvent un témoignage précieux d’une architecture et d’un urbanisme régional réels ou fantasmés.

 

La Pastorale Maurel est une pièce de théâtre qui se joue en Provence pour Noël, et en Provençal. En deux mots c’est la crèche mise en scène avec des personnages vivants. Il y a l’ange qui s’adresse aux bergers et les bergers qui vont annoncer à tout le monde la naissance du Petit Jésus.

Les personnages en route vers l’Etable de Bethléem, l’auteur Antoine Maurel a eu l’idée de les faire s’arrêter un moment chez Benvengu, un fermier à son aise, où ils vont boire et manger comme dans une partie de cabanon. 

La salle agraire

 

Cette salle présente dans un cadre où ont été conservés des éléments d'architecture ancienne, les outils utilisés dans les diverses cultures pratiquées dans le terroir de Marseille: blé, vigne, olivier.
Le maraîchage, qui révolutionna au milieu du XIXe siècle les pratiques agraires du terroir est particulièrement bien évoqué par la reconstitution d'un jardin maraîcher avec tous ses éléments spécifiques.

                                     © 2014 by Espace Pignol - 5 place des héros Château-Gombert  Marseille 13013 (France).

Cuisine provençale